Le 7 mars 2003, la FIFA annonce que la Coupe du monde serait organisée en Amérique du Sud pour la première fois depuis l'Argentine en 1978, en accord avec sa nouvelle politique qui veut que l'organisation de la phase finale de la coupe tourne à travers les différentes confédérations continentales (poursuivant ainsi sur la lancée des dernières compétitions, Asie en 2002 avec le Japon et la Corée du Sud, Europe en 2006 avec l'Allemagne et Afrique en 2010 avec l'Afrique du Sud).

Le 17 mars de la même année, les différentes fédérations du CONMEBOL, la confédération sud-américaine de football, adoptent le Brésil comme candidat unique de la zone, et ce à l'unanimité. Le Brésil dépose sa candidature officielle le 31 juillet 2007. Le 16 juillet 2006, la Colombie se porte candidate mais le 11 avril 2007, elle retire sa candidature en raison des nombreux soutiens à la candidature brésilienne.

Durant le mois de mai 2007, la candidature de la Bolivie crée la polémique. Elle est écartée par la FIFA, faute d'avoir des stades situés à moins de 2 500 mètres d'altitude, nouvelle norme d'altitude maximale pour les matchs internationaux. L'Argentine, le Vénézuela et le Paraguay apportent leur soutien à la Bolivie contre le veto de la FIFA pendant que la Colombie, le Pérou, et l'Équateur menacent, avec la Bolivie, de boycotter la Copa America 2007 au Vénézuela puis le Mondial 2010 en Afrique du Sud.

Le 30 octobre 2007, le Brésil, seul candidat, est désigné pays hôte de la coupe du monde 2014. Il s'agira de la seconde Coupe du monde organisée dans ce pays après celle de 1950.

Le Brésil a déjà le logo de la Coupe du Monde : la conception imite la forme de la Coupe FIFA, composée de trois mains de verrouillage qui se réunissent en une boule. Les couleurs sont le vert, le jaune et le rouge, mais il existe aussi une version qui inclut le bleu, comme dans le drapeau national.